Accueil > Bon à savoir > La DRH du mois!
La DRH du mois!
AddThis Social Bookmark Button

Place Capital Humain lance « l’interview du mois ».
L’idée est simple : découvrir qui sont les DRH de la région, quel est leur parcours, mais aussi donner la parole aux clients, mieux comprendre leurs problématiques, leurs attentes, leur vision du marché pour permettre aux prestataires d’être toujours plus pertinents dans leur offre !

Photo_identit_ACB Première interview avec Anne-Cécile Bouscary, DRH de la division Nord de SOPRA*.

Anne Cécile Bouscary, pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Je suis originaire de la région de Toulouse que j’ai quittée à 17 ans pour faire mes études à Lille, à l’ISEN. J’ai eu la chance de pouvoir faire ma dernière année d’étude à King’s College à Londres et j’ai pris mon premier poste au sein de l’entreprise Prouvost & Lefebvre à Roubaix, comme Chef de projet informatique. Ce poste m’a amenée à beaucoup me déplacer : Australie, Espagne, Italie, Angleterre … Cette expérience a duré 8 ans.

J’ai par la suite pris un congé parental qui m’a conduit à m’investir dans un certain nombre d’associations. Cela m’a progressivement entrainée vers ma seconde expérience professionnelle : j’ai été pendant 5 ans Administratrice d’une compagnie de théâtre nommée La Fabrique du Vent, qui a beaucoup travaillé en actions de sensibilisation auprès des élèves de SECPA et des publics dits « défavorisés » pour leur faire découvrir le théâtre.

Ensuite, je suis revenue vers les métiers de l’informatique d’abord comme Consultante puis comme Manager et Directrice de projets, poste que j’ai occupé lors de mon arrivée chez SOPRA en 2011.
En janvier 2013, c’est Ary Spriet, Directeur de Division de l’époque, qui me propose le poste de DRH de la Division Nord Est Luxembourg.

Dans mon parcours,  de nombreux éléments ont nourri mon évolution vers les RH et l’ont rendu presque naturelle. Le goût de l’échange, de l’écoute, la volonté d’être une « courroie de transmission » sont en quelque sorte mon fil rouge professionnel.

Quels sont les sujets les plus prégnants sur lesquels vous travaillez actuellement au sein de SOPRA ?

La dimension « technique » des RH, paye, juridique… est centralisée par le groupe. Nous avons également une structure de formation intégrée, la SOPRA Academy.

Dans une Division qui compte plus de 900 collaborateurs, ma fonction est donc essentiellement orientée sur des sujets tels que la gestion de carrière, pour partie, le recrutement, la communication sur les sujets RH, l’accompagnement des managers, les cycles de révision des rémunérations (2 par an)...…

En tant qu’entreprise de services du numérique, nous sommes aujourd’hui reconnus pour notre professionnalisme de ce fait, sommes devenus une commodité pour nos clients. Leur objectif constant de réduction des coûts a entraîné depuis 4 ans une érosion constante de nos marges.

Face à cette contrainte et pour ne pas devenir un acteur low-cost, SOPRA a fait le choix stratégique de monter en valeur pour apporter une vraie force de conseil à ses clients. Ce positionnement plus marqué sur le conseil, les missions de MOA, d’accompagnement à la définition des schémas directeurs… permet à Sopra d’accompagner ses clients dans leur transformation face à la 3ème révolution industrielle, celle du numérique.

La priorité RH du moment consiste partager la vision du projet d’entreprise et les orientations qui en découlent auprès de l’ensemble des collaborateurs. Cela implique un travail important en matière de conduite  du changement, de mise en dynamique des collaborateurs avec un point de vigilance tout particulier pour que ces changements soient vécus positivement et le plus sereinement possible.

Visualiser l’avancement de notre transformation et le partager est un enjeu majeur pour la Division Nord-Est et pour l’ensemble du groupe.

Justement quelles démarches RH avez-vous mise en face de ce contexte ?

Pour servir le projet d’entreprise, nous devons adapter nos compétences internes.
Nous avons comme  objectif de faire monter en compétences nos collaborateurs, pour accompagner la montée en valeur chez les clients. Nous nous appuyons d’ailleurs beaucoup sur la SOPRA Academy pour cela.

La moyenne d’âge de nos collaborateurs est de 32 ans. Cela donne une belle opportunité à nos collaborateurs d’évoluer avec le projet de l’entreprise. Les plus expérimentés ont, quant eux, un vrai rôle d’encadrement, en terme de savoir-faire, des plus jeunes et de transmission des valeurs humaines de l’entreprise à avoir. Certains ont, par ailleurs, des expertises que les plus jeunes n’ont plus ! L’idée est donc d’accélérer la montée en compétence des plus jeunes par le tutorat des plus expérimentés.

En parallèle nous proposons aux collaborateurs qui le souhaitent  de s’inscrire dans des démarches transverses à la division, d’apporter de la valeur, des idées, via des démarches de co-design.

Pour démultiplier rapidement le partage de la vision du projet d’entreprise, nous nous appuyons sur les 100 managers de proximité de la Division. Chaque manager gère en moyenne une dizaine de collaborateurs. Notre rôle sur le plan RH est donc de les aider à s’approprier le projet d’entreprise pour pouvoir en parler et aider le collaborateur à se projeter dans cette entreprise en mouvement qu’est Sopra. Communiquer, montrer le champ des possibles pour libérer les énergies créatrices, mettre en œuvre des démarches  d’intelligence collective fait partie de notre quotidien.

Et pour ce qui concerne le recrutement ?

Là aussi il y a des impacts. Nous n’évaluons plus désormais les candidats uniquement sur des savoir-faire. Nous sommes devenus très attentifs à la posture et aux savoir-être. La capacité à  communiquer, à travailler en équipe est très importante. Nous évaluons également l’esprit de synthèse de nos candidats, ainsi que l’orthographe, et la maitrise de l’anglais.
Nous avons, par exemple, organisé une soirée de recrutement de jeunes diplômés au cours de laquelle nous avons convié les candidats à participer à une série de challenges, sportifs, créatifs, logiques…

Au-delà de l’aspect ludique, cette approche illustre le savoir-être des candidats et leur offre de « vivre » l’esprit et les valeurs Sopra.

Nous avons le souhait de dupliquer cette approche sur une session dédiée aux  stagiaires, notamment en leur demandant d’imaginer les usages du numériques de demain, puisque finalement ils sont très qualifiés pour ça !

C’est aussi une façon de montrer aux jeunes diplômés que nos métiers sont attractifs et proposent l’agilité qui fait l’apanage des start-up. Nous avons un véritable enjeu sur l’attraction  des talents. Leur offrir la sécurité de la structure et le dynamisme de la start-up, tel est notre enjeu !

Vous avez été élue en 2014 « Femme ingénieuse » de l’année (CDEFI)*. L’égalité Femme/Homme en entreprise est-il un sujet primordial pour vous ?

Le  sujet me tient à cœur et je suis très vigilante dans ma fonction de DRH à ce que cette égalité soit respectée.

J’ai été très honorée de recevoir ce prix. Il permet de mettre en lumière un parcours professionnel atypique qui peut servir d’exemple à des jeunes filles qui hésiteraient encore à s’engager dans une filière ingénieur. Et en ce sens, cela participe à la sensibilisation sur le sujet de l’égalité Femme/Homme.
C’est vrai que l’univers dans lequel j’évolue est très masculin, mais j’ai toujours considéré le fait d’être une femme comme un atout dans ces milieux très masculins !
Aujourd’hui mes enfants sont grands et cela me permet de m’investir à fond dans mon projet professionnel. Cela n’a pas toujours été le cas, j’ai fait d’autres choix à d’autres moments et je ne le regrette pas. C’est la manière dont j’ai résolu mon équation personnelle pour  être auprès de mes enfants quand il le fallait et avoir le plaisir d’une carrière professionnelle épanouie.

Lille Place Tertiaire remercie Mme Bouscary d’avoir accepté de se prêter à l’exercice !

* www.sopra.com